Skip to end of metadata
Go to start of metadata

Contenu du module

Ce document reprend l'ensemble des contenus écrits dans les modules de formation.

Ils sont séparés en 3 modules distincts :

  • la relation pédagogique,
  • le rapport aux savoirs,
  • les courants pédagogiques,
  • la connaissance du public,
  • obstacles épistémologiques et didactiques,

la relation pédagogique,

Intérêt de la pédagogie

La maîtrise d’un contenu est nécessaire pour pouvoir le diffuser mais c’est loin d’être une condition suffisante. S’intéresser à la pédagogie aide à :

  • Communiquer : il ne suffit pas de bien dire pour être compris. Il faut aussi vérifier qu’on a été compris ; il faut donner envie de comprendre ; il faut échanger avec le public en animation.

  • Faciliter l’apprentissage par le public des connaissances, de l’ « aliment » qu’on leur propose ; il faut pour cela connaître et prendre en compte les processus et les possibilités d’apprentissage du public en animation.

  • Animer un groupe : le groupe est une entité vivante, distincte de la somme des individus qui le composent ; il a sa vie, sa « logique » et son évolution propre ;

  • Conduire une action d’animation des objectifs à l’évaluation des résultats.

Pédagogie et Savoir

Il existe un lien culturel, fonctionnel, et peut-être fondateur entre pédagogie et savoir.

La question pédagogique est apparue et reste liée à l’enjeu de sa transmission et de sa construction.

Le principe de la pédagogie scolaire se situe entre ignorance et savoir.

On peut distinguer savoirs et savoir

  • Savoirs : ensemble de connaissances telles qu’elles sont transmises à l’école

  • Savoir : comme bien propre (substantif : avoir, acquisition) et action singulière (verbe : je sais ou je ne sais pas). Pour Jacques LEROUX : « la connaissance se construit et se confond avec l’identité de la personne ; elle n’est pas transmissible, elle de l’ordre de l’être. Le savoir est le système interfaciel entre l’information et la connaissance ; il est constitué par des informations mises en relation entre elles, celles-ci étant en relation avec la personne ».

Méthode Pédagogique

La méthode, étymologiquement est ce qui permet d’accéder au lieu que l’on recherche : c’est un chemin (odos, « route ») qui permet de traverser (meta, « à travers »).

Une méthode en pédagogie se présente comme une organisation des objets, de la démarche de l’éducateur, des modes de travail des éduqués et des supports de ce travail. Elle coordonne l’ensemble des dispositions qu’un éducateur prévoit pour ses interventions et le chemin à parcourir par l’éduqué.

Modèle Pédagogique | le sens de la pédagogie

Pour rendre compte des pratiques, des méthodes (celles de l’enseignant, celles de l’élèves et du lien qui les unit et en donne la cohérence), il faut en rechercher le modèle c’est-à-dire son mode de pensée.

Selon de Perreti, on peut définir un modèle comme « un ensemble de croyances, de conceptions ou généralisation et de valeurs comprenant une conception de la connaissance, une conception des relations personne-société-nature, un ensemble de valeurs-intérêts, une façon de faire, un sens global ».

Le triangle Didactique :

une Schématisation de la relation pédagogique.

La pédagogie décrit une conduite, socialement construite, des actions combinées d’enseigner et d’apprendre. L’objet de la pédagogie, ce n’est ni l’enseignant, ni le savoir, ni l’élève mais l’activé qui les réunit. Cet ensemble fondateur crée une cohérence entre l’identité de la personne, les savoirs, la culture, la société et l’activité qui les produit. Les modèles pédagogiques sont les principes conducteurs de cette activité, les méthodes pédagogiques étant leur mode de réalisation.

Il y a bien interaction entre les éléments de ce système pédagogique (= l’activité qui réunit l’éducateur, le savoir et l’éduqué) mais il reste encore à tendre vers un équilibre au sein du système, un équilibre qui évite que l’un des trois pôles du triangle ne s’affaisse !

Jérémie[ insérer l'image du triangle ]

Mais encore plus important que les angles, les côtés du triangle.

Axe Éducateur ↔ Savoir : comment transmettre tel savoir ? élaboration didactique

Axe Enfant ↔ Savoir :  comment l’enfant apprend ? stratégies d’apprentissage

Axe Éducateur ↔ Enfant : la relation pédagogique.

 

Au sein des Petits Débrouillards, c’est cette vision dynamique du système pédagogique qui nous anime : activité d’apprentissage de l’enfant, démarche didactique de l’animateur, médiation de l’animateur.

Les Grands Courants Pédagogiques

 

Pédagogie Traditionnelle

Dans les méthodes traditionnelles, l’idée est de faire passer le savoir de celui qui sait à celui qui ignore. L’enfant, l’élève est pratiquement passif dans la phase d’enseignement. C’est une pédagogie « frontale » dans laquelle le maître, face à l’élève, dispense le savoir par le cours magistral.

D’autres formes d’apprentissages se font par conditionnement du sujet. L’activité intellectuelle de l’élève est guidée de l’extérieur. C’était le cas de la maïeutique de Socrate : les contenus sont formulés par l’élève, mais ils sont suggérés par les questions que pose le maître. Cette méthode est toujours employée dans le cours dialogué.

Courant de l'école nouvelle

Les méthodes actives sont fondées sur les besoins et les initiatives des enfants, des élèves. Selon la formule de Roger Cousinet, « les méthodes actives sont des instruments non d’enseignement mais d’apprentissage : ces instruments doivent être mis exclusivement dans les mains es élèves. »

L’appropriation des savoirs et des savoir-faire s’effectue au sein des pratiques sociales qui règlent les échanges avec autrui. Cette appropriation nécessite une reconstruction interne de ce qui a été initialement une activité externe. C’est à ce prix que le sujet pourra agir de manière autonome. Le cours magistral laisse la place au travail de groupe ou individualisé, à partir d’outils (livres, fichiers, bandes audio ou vidéo…) mis à la disposition des élèves. Le courant de l’Ecole Nouvelle regroupe l’ensemble des pédagogues novateurs qui, avec des techniques très diverses, ont expérimenté ces méthodes. Les pratiques de la pédagogie active ont été nourries par les apports de la psychologie constructiviste selon laquelle les apprentissages ne se faisaient pas par conditionnement mais par construction des activités mentales, en interaction avec l’environnement.

Pédagogie du projet

C’est Benjamin Bloom qui a posé le premier les principes de la PPO ou « pédagogie de la maîtrise » en proposant une « taxonomie » (liste) de comportements cognitifs et affectifs. Contrairement aux programmes déterminés à l’avance, les objectifs pédagogiques permettent de définir une activité précise de l’apprenant (être capable de…) et de préciser les critères qui serviront à l’évaluation. Son intérêt est d’être centrée sur l’apprenant et, en remettant en cause les formes traditionnelles d’évaluation, d’être entièrement orienté vers la réussite : l’analyse des objectifs a connu une vogue exceptionnelle dans les années 70. cependant, la PPO est aujourd’hui critiquée pour les excès dont elle a fait l’objet.

Pédagogie différenciée

Le projet permet de clarifier les objectifs que l’on se fixe pour l’atteindre, tout en donnant du sens aux activités que l’on met en œuvre. Mais le projet de l’apprenant et celui du formateur, celui de l’institution doivent s’articuler.

L'Éducabilité cognitivité

Actuellement, le développement des recherches sur la construction des savoirs et de la personnalité, sur les styles cognitifs, sur la relation éducative (…) met en évidence la complexité de l’acte d’apprentissage et la diversité des individus face à ce processus. L’hétérogénéité des enfants, des élèves incite à leur proposer des stratégies d’apprentissage différentes. La pédagogie différenciée varie les démarches didactiques, les formes de travail, les supports utilisés et , en respectant la singularité de chacun, permet une forme d’individualisation des parcours des élèves dans leur cursus scolaire.

Partant du principe que les conduites intelligentes peuvent s’apprendre, l’éducabilité cognitive regroupe toutes les méthodes qui visent au développement du potentiel intellectuel, grâce à des exercices de logique. Les méthodes d’éducabilité les plus connues sont la méthode de gestion mentale de La Garanderie, les Ateliers de raisonnement logique (ARL), les Cubes de Mialet et le PEI (programme d’enrichissement instrumental) de Reuven Feuerstein. Ces méthodes ont pour but de doter le sujet de démarches cognitives performantes : analyser l’environnement et acquérir des stratégies de résolution de problèmes. La médiation de l’éducateur a une importance déterminante. Ce programme, appliqué en formation d’adulte, commence à trouver ses applications dans le système scolaire.


 

  • No labels