Skip to end of metadata
Go to start of metadata

Le groupe Projet à pour mission la création de contenus pédagogiques. Cette Page décrit comment l'on s'y prends.

 

Des Modèles

Des modèles pour vous aider !

Créer à partir dun modèle

 

Créer une progression pédagogique, c'est souvent se lancer dans l'inconnu. C'est l'intuition que l'on peux faire quelque chose d'une expérience passée, ou l'idée que l'on peux avancer sur une thématique donnée. Pour autant, il s'agit d'un processus long, qui demande du temps, des essais, de la conception...Mais comment partir d'une intuition ou d'une commande mal dégrossie ?

Les différents enjeux de la thématique traitée.

On ne va pas travailler de la même manière si l'on a des objectifs concernant un public spécifique ou sur un enjeu de société. L'important, dans un premier temps est de créer une liste des enjeux de cette thématique, des axes ou des approches possibles. Une fois que l'on dispose d'une vision d'ensemble, il est temps de choisir une problématique

La problématique : 

La problématique est l'élément structurant de la progression pédagogique. C'est elle qui va définir la question à traiter et les moyens que l'on va y consacrer. Elle est le fil directeur des séances, qu'elle soit explicite ou masquée derrière d'autres intentions plus évidentes. Peu importe sa nature tant qu'elle assure ce rôle de charpente, et qu'elle est légitime. Qu'est ce que l'on entends par légitime ? 

Une problématique légitime est une problématique qui lie un ou des enjeux de sociétés à une thématique que l'association souhaite traiter. La problématique Peux t-on croire en dieu ? n'est par exemple pas légitime, car elle fait appel à des enjeux de société que nous ne pouvons traiter ( Les sciences ne sont pas dans la capacité de prouver ou d'infirmer l'existence d'un dieu). De même, la problématique doit on tuer les panda roux ? n'est pas plus légitime car il ne s'agit pas d'un enjeux de société bien que la problématique du vivant et de l'extinction des espèces soit par contre tout à fait intéressante. 

 

Les Objectifs :

Ils structurent le projet. Ils sont une expression concrète des points d'étapes, des jalons à atteindre pour traiter la problématique.

Ils peuvent être de nature très différente et nous informent sur les éléments indispensables que le groupe doit maîtriser pour répondre à la problématique. Contrairement à la problématique, ils doivent avoir une expression concrète au sein de la progression pédagogique, et on doit donc être en mesure de dire si ils ont été atteints ou non.

L'établissement des objectifs n'est pas un préalable à l'écriture du projet d'animation. Il arrive souvent que ceux-ci soient ré-évalués lorsque l'on teste la progression, ou lorsque l'on trouve un frein que l'on avait pas anticipé. Par contre, il est nécessaire de décrire ces quelques jalons, ou les intuitions que l'on en a.  

Identifier les freins, trouver les leviers !

Une fois que la problématique est formulée, il faut identifier les différents freins qui s'opposent à ce que le groupe puisse se faire un avis critique et réfléchi sur la question qui lui est posé.

Ces freins sont de différentes natures, [ compléter avec la nature des freins]

Les freins qu'il faut lever en priorité sont ceux qui s'opposent à une représentation intelligente du concept que l'on traite.

 

Si l'on prends l'exemple de la Progression Urban Coders : La machine est elle intelligente ?

Que doit on traiter ?

La question de fond est Qu'est ce que l'intelligence ? Est-elle accessible aux machines ou aux seuls êtres humains, au vivant ? etc... question à élargir évidement !

Pour traiter cette question, nous avons décomposé cette thématiques en phase ( des séances ) qui traitent des sujets suivants : 

  • Coder et Décoder → la même information peut être traduite dans différents langages. Idée du message.
  • Transporter un message -> Qu'un message peux être transmis, émis, transporté et réceptionné. Que sont transport peut nécessiter un aménagement, une transformation de ce message.
  • Dénombrer et compter -> il s'agit la de travailler sur ce qu'est l'opération de compter quelque chose. 
  • Compter et Calculer -> l'idée est de montrer différentes bases de numérations. La nôtre - base 10 et celle de l'ordinateur : le binaire et pourquoi pas, de faire prendre conscience qu'un ordinateur est un objet qui compte - un objet qui compte est-il intelligent ?
  • la répétition, l'algorithmique -> l'idée est de montrer que des choses apparemment complexes peuvent être décomposées en une séquence d'éléments simples.
  • Interagir avec le réel -> la machine a besoin d'une interface, de communiquer avec un milieu extérieur.

L’enchaînement des leviers, les concepts que nous devons aborder pour traiter cette question : 

L'idée générale est de donner au groupe suffisamment d'éléments pour qu'il prenne conscience qu'un outil numérique ( ordinateur, tablette, téléphone, montre, etc...)  repose sur une capacité : celle de distinguer deux états ( 0 et 1 du binaire ).

Que l'homme a réussi, à partir de cet élément très simple, à construire des objets extrêmement complexes qui peuvent traiter des opérations qui le sont aussi, à condition que celles-ci soient décomposables en une séquence de 0 et de 1. Il s'agit de montrer que (pour le moment) la machine n'est pas douée d'intelligence, et que c'est la programmation de la machine qui permet à celle-ci de nous transmettre une information en échange d'un stimuli. La programmation étant un raisonnement humain qui dicte à l'outil une marche à suivre et que donc, toutes les manifestations de la machine sont en fait dues à des intentions ou faits humain. L'idée étant qu'avec le groupe, on puisse prendre conscience de tout cela et discuter de la question La machine est-elle intelligente et de toutes les questions qui pourraient en résulter ?

Il s'agit d'une question de société : les intelligence artificielles commencent à être d'actualité, le numérique est de plus en plus présent. Il est important pour nous qu'ils entament une réflexion sur une problématique qui va certainement être de plus en plus présente.

 

 

La barrière des Manips !

De la tentation de construire une progression pédagogique à partir d'activités, de manips que nous maitrisons déjà !

Une progression pédagogique n'est pas l'assemblage des différentes manip que sait faire l'animateur.

D'une part car l'animation d'une activité est un savoir faire très personnel et difficilement transférable,

d'autre part, c'est oublier la finalité d'une manip, qui n'est pas l'achèvement d'un défi par les enfants mais bien d'apporter un point de fixation ou le groupe s'exerce à un moment de sciences : un temps d'opposition ou l'on confronte nos perceptions, nos intentions et nos réflexions pour construire ensemble une connaissance.

C'est en cela que la construction d'un progression pédagogique est délicate : on doit établir les différents freins et leviers qui vont permettre au groupe, à la fin de ce processus, de traiter cette problématique de façon intelligente, en formulant des avis critiques, construits et réfléchis sur la questions. 

 

 

Enregistrer